27 juil. 2011

{Test#487} Mon hit 10 de juillet - Heavy Music

Franchement, en juillet-août, c'est pas génial ce qui sort en musique. Chaque label sort à qui mieux mieux son soi-disant tube de l'été, et en général c'est pas fameux.

C'est donc dans le vintage que je suis allé vous chercher mon top 10 de juillet, des morceaux qui m'ont parlé, remises au goût du jour avec des remix réussis. C'est parti.

10è place. Nous sommes en avril 2008. Madonna sort son 11è album studio, Hard Candy. Pas le meilleur. Sur cet album se trouve une des chansons, pas la plus connue, mais je l'aime bien. Ça s'appelle Voices, et une phrase du refrain sonne comme une litanie dans ma tête. Who is the master, and who is the slave.

9è place. Retour cette fois en décembre 2001. Une jolie brune aux joues creusées sort un tube, que j'écoute encore volontiers aujourd'hui. Elle s'appelle Sophie Ellis Bextor, et elle chante Murder on The Dancefloor. Une tuerie.

Je me souviens particulièrement d'un garçon avec qui j'étais à l'époque, qui dansait aux Planches, en faisant le playback avec une paille derrière l'oreille pour simuler le micro. Hilarant.

8è place. Quelques mois plus tard, en janvier 2002 sort la compilation FG, disque que j'attendais avec impatience à l'époque. Sur cette compilation de Didier Sinclair, la piste 5 retient mon attention. C'est Rapture, de 110, remise au goût du jour cette année, toujours sur la compilation FG, par Nadia Ali, comme quoi un bon tube est intemporel.

7è place. Presque au même moment, Brit Brit enregistre un single qui sortira en mai 2002. Et si cette chanson m'a complètement captivé, c'est moins par la musique, qui date tout de même de 1975, méga connue par sa version de Joan Jett en 1981, que son clip over sexy. C'est là ou Britney me révèle, pour la première fois mon amour du cambouis et des motos comme élément sexuel s'il en est.

6è place. Toujours 2002. Mes premières boites de nuit. Je découvre avec grand bonheur que bouger mon corps me procure un plaisir inégalable. Et parmi les tubes sur lesquels je danse, un en particulier restera parmi les favoris de mes playlists comme "mes" premiers tubes. C'est Point of view, de DB Boulevard. Je kiffe, j'adore, je bouge, c'est chouette quoi.

5è place. Finalement j'aurais presque pu appeler ma playlist "spécial 2002", car mon 5è titre sort lui aussi du fameux Dancefloor FG 2, de 2002, tout comme Rapture (c'était pas voulu, promis).

La chanson c'est Keep control, par Sono, et si cette chanson m'a marqué c'est parce que j'avais commencé un film d'animation en pâte à modeler (jamais terminé d'ailleurs) mettant en scène une sorcière black avec un chaudron, et tout et tout. Autant dire que j'ai du l'écouter 12 000 fois.

4è place. Alors là, voilà un titre que je surkiffe. Je suis tombé dessus il n'y a pas très longtemps grâce au mode "Random" de mon Iphone, et je dois dire que j'ai bien bougé. Avalon, de Juliet remonte à 2005. Une rythmique puissante, une mélodie qu'on retient vite et surtout un tube résolument dancefloor. Mélancolie, quand tu nous tiens...

3è place. Ce tube classé sur mon podium imaginaire, c'est un peu la madeleine de Proust des boules à facettes. Le truc incontournable repris au moins un milliard de fois qui va toujours bien. La chanson s'appelle The Silence, de Delerium et date de l'année 2000. Nombre de fois je me suis tapé des trips sur mon lit, The Silence à fond, fermant les yeux et ayant en gros l'air d'un camé en plein délire. Mais j'aimais bien.

2è place. Encore plus vieux, cette fois je me revois en 1999 dans les fêtes de village (le seul moment de l'année où je pouvais danser avant ma majorité) en dansant de manière très désordonnée après avoir absorbé en cachette une demi-bière. Autant dire que j'étais complètement bourré. Et la musique sur laquelle je dansais, pensant qu'il n'y aurait pas de lendemain, c'était King of my castle, de Wamdue Project.

1ère place. Retour à notre époque, avec une chanteuse qui ne l'est pas. C'est Brigitte Fontaine qui nous surprend une fois de plus, avec un titre complètement zarbi mais que j'aime carrément. Dancefloor, en collaboration avec Grace Jones sort de son dernier album, sorti en mai de cette année, L'un n'empêche pas l'autre.

C'est fin ça s'écoute sans fin, et c'est grâce à Monsieur Chik que j'ai trouvé ça. On aime. C'est chik.

5 commentaires: